Accueil > portraits > Renaud Fulconis

Magazine d’informations sur la nature, blog environnement, photographie animalière, vie sauvage, écologie et relations entre l’homme et la terre. Depuis 2001...

17 février 2006, par Olivier Soury

Renaud Fulconis

10 ans d’expéditions sportives incluant une descente de la Loire à la nage et la traversée en VTT de l’Australie ont forgé chez Renaud Fulconis une détermination à toute épreuve et une passion pour l’environnement et l’état de la planète. Son implication dans la campagne internationale de protection des rhinocéros ou au sein l’association Awely chargée d’étudier et de remédier aux conflits hommes/animaux nous a amené à vouloir explorer son travail et son rôle. L’occasion pour nous et nos lecteurs de découvrir les confins d’un métier, d’un engagement.

Chaque année, l’EAZA [1], qui regroupe les 292 meilleurs zoos européens mène une campagne de conservation sur un milieu ou une espèce menacée. Les deux précédentes campagnes ont concerné les tortues et les tigres.

"La campagne Save the rhino a commencé en septembre" nous dit Renaud Fulconis. "Comme on connaît le programme environ un an à l’avance, on sait déjà que la prochaine concernera Madagascar. Ce qui est évident, c’est que l’impact médiatique doit être important, pour un retour financier important. C’est pourquoi la campagne de protection des tigres a eu un immense succès et que celle envisagée pour la conservation des tapirs n’aura probablement jamais lieu."

 

Aujourd’hui, tu es le coordinateur de cette campagne et tu passes visiblement une grande partie de ton temps à Londres, au sein de l’organisation "Save the rhino international". Qu’en est-il exactement ?

"C’est la première fois qu’un poste comme le mien est créé. L’organisation Save the rhino a trouvé l’idée intéressante, pour coordonner la campagne et créer des liens avec les zoos. Leur contribution est mon salaire. En tant que coordinateur général de la campagne, j’ai passé les six premiers mois à la préparer. J’ai dû d’abord coordonner la rédaction de l’infopack, un document qui pèse ses 164 pages et qui est destiné aux zoos. Il contient les dernières infos sur les rhinos. Pour y arriver, j’ai eu la chance de bénéficier des meilleurs spécialistes sur le sujet."

OBJECTIF : 350 000 EUROS

"Mon travail consiste aussi à contacter les entreprises et les fondations, l’objectif étant de financer 13 projets sur les 53 proposés. Je dois faire le lien avec les auteurs de ces projets. Ils nous sont parvenus par le biais d’ONG [2], d’associations, d’organisations gouvernementales ou de ranches privés. Tous concernent les 5 espèces de rhinocéros. Pour l’Indonésie, nous travaillons pour la préservation des rhinocéros de Java et de Sumatra, les plus menacés, en collaboration avec des organisations présentes sur place en permanence."

Des exemples de projets

Rhino Horn & finger prints   Indian Rhinos Vision 2020
Coût : 5 500 euros   Coût : 90 000 euros
Objectif : compléter un travail commencé et faire une analyse génétique des cornes pour les pister.   Déplacer une grande partie des rhinos asiatiques de deux parcs d’Inde et du Népal vers d’autres endroits, afin d’élargir leur aire de répartition.

Qu’en est-il des rhinos sur le terrain ? À quelles pressions sont soumises les populations ?

L’ampleur des dégâts, lorsqu’on étudie les chiffres, est phénoménale, et, paradoxalement, très inégale en fonction des espèces et des sous-espèces. "Le rhino blanc du sud Ceratotherium simum simum avait presque disparu à la fin du 19e siècle en raison d’une chasse intensive. Il en restait moins d’une centaine et seulement dans la région du Natal en Afrique du sud. Les efforts de conservation en ont fait le rhinocéros le plus commun aujourd’hui avec 11,100 individus, principalement présents en Afrique du Sud. Il y avait 2000 rhinocéros blanc du nord Ceratotherium simum cottoni à la fin des années 60. Toujours en raison de la chasse, ils n’étaient plus que 700 en 1970 et moins d’une centaine en 1980. Aujourd’hui, on estime la population à moins de 10 individus, répartis dans le parc national de Garamba, en République Démocratique du Congo."

D’après Renaud, on considère qu’en deçà de 20 spécimens, la course est perdue.

Que dire alors du Diceros bicornis longipes, rhinocéros noir (Western Black Rhino) dont il ne reste sans doute que 10 spécimens au Cameroun seulement ?Par contre, pour ce qui est du rhino noir (toutes espèces confondues), ils étaient 65.000 en 1970. Après un dramatique déclin, leurs effectifs remontent doucement la pente et sont aujourd’hui d’un peu plus de 3,600.

Globalement, (Données issues du site rhinocampaign, il ne resterait que 17491 rhinocéros dans le monde, répartis de la manière continentale suivante : 14721 pour l’Afrique et 2770 pour l’Asie. Et Humaterra de rappeler que le principal marché du massacre des rhinocéros concerne la consommation de poudre de corne, partie intégrante et non moins inutile de la pharmacopée asiatique. L’autre raison importante de ce massacre est que leur corne était, jusqu’à encore récemment, utilisée pour la fabrication des manches des Jambyas , le poignard traditionnel au Yemen.


Renaud Fulconis :

"Dans les pays où la population de rhinos est extrêmement faible, comme en République Démocratique du Congo,des millions de dollars sont dépensés chaque année, tant pour la conservation que pour la lutte contre les braconniers. Un vaste débat subsiste quant à la nécessité d’entreprendre toutes ces actions de conservation et de déplacements des populations. Certains spécialistes allant même jusqu’à dire que c’est totalement inutile. Pour ma part, je pense qu’il ne faut JAMAIS baisser les bras."


Malgré cet état de fait alarmant, triste reflet de l’état de la biodiversité de la planète, Renaud continue de faire le pont entre les zoos, les entreprises, les fondations et les projets de terrain. À ce jour, 90 zoos sont entrés dans la partie, avec un objectif de 150. Ils vont entreprendre de nombreuses actions pédagogiques et de communication pour sensibiliser le public et l’amener à participer à cette vaste opération pour sauver (du moins tenter de) ce mammifère un peu bizarre, herbivore et pacifique, que l’Homme s’acharne à faire disparaître, aussi efficacement qu’il a su le faire avec son bon sens et son intelligence...

Olivier SOURY

Toutes les images de cet article sont de Renaud FULCONIS. La copie, l’utilisation ou la reproducion de quelque partie de ce document, y compris les images est interdite sans l’autorisation des auteurs.

[1] European Association of Zoos and Aquaria (association européenne des zoos et aquariums

[2] Organisations Non-Gouvernementales


Partager

Répondre à cet article

en bref ::
10 millions de "j’aime" pour un monde meilleur
Pour un monde SANS MONSANTO. https://www.facebook.com/events/356915141094492/?notif_t=plan_user_invited (...)
Riem-asso : rejoignez notre réseau.
Dans le cadre du RIEM - Réseau International des éco-explorateurs de la mer- , nous avons besoin de navires (...)
"Le cuir Tanne la forêt"
Pointe vers un article de "l’Envol Vert", groupe actif et sincère pour la préservation de l’environnement.
Salon Bois Energie et Biogaz Europe 2013
20-22 mars 2013, Nantes, 2013 S’ANNONCE TRÈS PROMETTEUR ! Pour la première fois, le Salon Bois Energie et Biogaz (...)
Nouvelle espèce de lézard découverte à Madagascar
Une nouvelle espèce de lézard fouisseur, nommé "Moby Dick" pour sa ressemblance avec un cétacé, a été découverte à (...)
 à lire aussi :: Dernier ajout : 23 avril.
10 constructions animales impressionnantes
Les animaux, comme les oiseaux et certains insectes ont la particularité de construire des habitations complexes ou (...)
Sea Shepherd, section lilloise
Petite et belle rencontre ce matin avec l’équipe de la section lilloise de Sea Shepherd, la bien connue organisation (...)
Pétition "Sauvegarde de la pointe de Maregau"
Signez la pétition ici https://secure.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_Laurent_Cayrel_Prefet_du_Var_Sauvegarder_la_Pointe_
Les scinques à langue bleue : Tiliqua scincoides, Tiliqua gigas et Tiliqua (...)
Présentation (Lulu.com) Ce livre électronique traite de la biologie, l’écologie et l’élevage en captivité des trois (...)
Lézards, crocodiles et tortues d’Afrique occidentale et du Sahara
La 4ème de couverture Cet ouvrage présente pour la première fois l’ensemble des espèces de lézards, crocodiles et (...)
humaterra aime radiomeuh, la radio du reblochon!

accueil | Plan du site | La chronique de | dossiers et reportages | monde | photographie | faune du monde | espaces naturels | portraits | escapades | médias nature | publi-communiqués | ..::annuaire::.. |
déploiement SPIP Soury Olivier Arras
Add to Google Reader or Homepage http://www.wikio.fr Olivier Soury sur Carbonmade
soury! webdesign, développement de sites déploiement cms spip wordpress joomla

Magazine d’informations sur la nature, blog environnement, photographie animalière, vie sauvage, écologie et relations entre l’homme et la terre. Depuis 2001...