Accueil > portraits > Pierre Gay

Magazine d’informations sur la nature, blog environnement, photographie animalière, vie sauvage, écologie et relations entre l’homme et la terre. Depuis 2001...

19 juillet 2002, par Olivier Soury

Pierre Gay

Notre premier objectif est de vous informer sur la nature et la vie sauvage, loin de la domesticité ou de la captivité. Question d’éthique et de ligne éditoriale. Mais la nature est hasardeuse, et m’a fait rencontrer, oui, on vous le donne en mille, Pierre GAY, directeur du parc zoologique de Doué-La-Fontaine (49). Mais Pierre pense qu’avant tout, un parc doit avoir un rôle primordial dans la conservation de la nature. Alors il agit, contre vents et marées, pour que " les choses " bougent. Franchise, motivation et compétence au menu.

Extraits de l’entretien suivi par Olivier SOURY

"un zoo n’est pas un endroit où l’on encaisse 10 euros pour montrer des animaux captifs. L’idée, c’est de dire qu’il y a des gens intelligents partout et qu’on peut forcément discuter. Il y a des gens qui sont impliqués dans la protection de la nature et dont je fais un peu partie. J’ai des très bons copains qui bossent dans des zoos en Europe et qui sont des gens fantastiques, qui ont une motivation. Bon après, il y en a tout un tas qui ne valent pas le coup…

…Je me suis cramponné dès le début, face à plein de types plus jeunes ou plus vieux et investis dans la protection de la nature, qui me disaient " mais qu’est ce que tu fais là-dedans ? ". Je leur répondais " je suis ici parce que je ne sais pas quoi faire d’autre maintenant et que je pense qu’on peut faire avancer les choses "

Il y a 6 ans, on a organisé un congrès des zoos européens ici et ils ont été impressionnés de voir ce qu’on pouvait faire avec un tout petit budget, parce que moi c’est mon argent, je ne suis pas en société. Tu vois cette année (2002) j’emprunte quatre millions de francs alors j’y fais gaffe.

JPEG - 341.7 ko

Ci-dessus (de gauche à droite), Pierre Gay en compagnie de Pierre Chabot, Michel Denis-Huot et Olivier Varin, lors des "rencontres photographiques" organisées par le parc zoologique de Doué-La-Fontaine.

À propos du parc...

"C’est un site troglodytique complètement étonnant, très attachant. Ce sont d’anciennes carrières. Quand mon père avait acheté ça, tout avait été laissé à l’abandon pendant 15 ou 20 ans et tu avais des nappes de lierre partout, des clématites dans les arbres et qu’on a du enlever parce que ça les tuait. Et tout ça t’inspire forcément. Une des carrières qu’on a achetées était inondée, remplie de grenouilles, de couleuvres vipérines (Natrix maura) et à collier (Natrix natrix). Donc forcément, ça te pousse au respect, tu n’as pas envie de tout couper. Mon père était intransigeant : dès qu’il y avait un arbuste dans un coin, l’allée ou le grillage qu’on installait devait tourner autour, donc ça, ça nous a forcément inspiré. Après, il faut être très perméable à ce que tu entends. Moi je ne m’étais pas spécialement préparé à diriger un parc zoologique, alors j’essaie de faire bouger les choses à ma façon, de concilier ma sensibilité avec mon boulot, ce qui n’est pas forcément évident, mais on y arrive bien.."

C’est quelque chose qui te plaît visiblement…

"oui !, ce qui me plaît vraiment, c’est de tout faire bouger, y compris la profession, de montrer qu’avec aussi peu de moyens, on peut aller vraiment au bout de ses idées. Il ne s’agit pas seulement de relâcher des animaux dans la nature, ce qui ne veut rien dire parce qu’on en relâche pas beaucoup, mais aller plus loin que ce baratin, dire que l’on peut aider des gens qui ont des projets, des micro projets nécessitant peu d’argent.

Donc, tu vois le zoo de Doué un peu comme un ambassadeur…

"Oui. D’ailleurs, le terme d’ambassadeur de la cause animale, je l’ai créé, il y a 20 ans. Je ne l’ai pas déposé et il est aujourd’hui repris dans le monde entier. J’ai même créé une association l’an dernier qui s’appelle "ambassades animales". J’entends quantité de gens qui communiquent autour de ce concept. Mais ça ne suffit pas. J’organise un forum au printemps afin qu’ils puissent vraiment " aller au marché ". On va faire intervenir un maximum de personnes pour présenter des projets, et derrière, ils vont être obligés d’y aller, comme par exemple de mettre 1000 euros dans tel projet au Brésil ou en Colombie… et des projets, il y en a certainement des centaines.

En dehors de ta propre expérience, quel rôle se doit d’avoir un parc zoologique ?

Il y a un document qui a été édité voici une quinzaine d’années par l’Union des Directeurs de Parcs Zoologiques, sous l’égide de l’IUCN, et qui définit clairement le rôle d’un zoo moderne. Le premier rôle d’un parc zoologique, c’est la sensibilisation. C’est vraiment un grand carrefour entre un public occidental qui a quelques moyens et une nature en conserve, Après, il faut trouver les médias pour organiser ça, développer une pédagogie, c’est aussi très important. C’est vraiment un grand challenge. Après la sensibilisation, son rôle c’est aussi la recherche, puisqu’on a " sous la main " des animaux disponibles. Par exemple, observer dans la nature la vie sociale d’un groupe de ouistitis, c’est très difficile, mais dans les conditions semi-naturelles d’un parc zoologique c’est encore faisable. Mais aussi recherches sur l’animal lui-même, c’est-à-dire sur l’organisme, parce qu’on a évidemment des animaux plus disponibles, on peut travailler directement sur des données biologiques. Vient ensuite la conservation par les subventions de projets in situ et ex situ ; aujourd’hui, dans le monde, il n’y a pas 200 espèces qui sont concernées par des projets de conservation. Ce qui est intéressant aussi, c’est que, par ricochet, quand une institution quelconque s’intéresse à une espèce menacée, il faut qu’elle protège, son biotope, c’est à dire le milieu dans lequel elle évolue. Mais les gens sur place se posent des questions. Il y a souvent des problèmes politiques, économiques, voire des impératifs de survie pour certains, mais ça interpelle les gens et cela peut faire naître des projets d’écotourisme ou de développement durable et c’est souvent positif.
...Parfois les opérations de réintroduction ont même été court-circuitées parce que in situ, ça allait parfois plus vite qu’en captivité. ...Il s’agit du petit bout de la lorgnette (l’action des parcs zoologiques) en termes de mise de fonds, mais, en termes de réintroduction, ça peut être important, ça touche rapidement des millions de personnes. Que pense-tu de l’image qu’ont parfois les parcs zoologiques, notamment au niveau du maintien en captivité d’animaux sauvages ?

Très franchement, on ne peut pas être pour la captivité, c’est une question d’éthique. Personne ne peut être pour la captivité dans les parcs zoologiques, mais il faut se dire qu’ils existent et, depuis 20 ans, ils évoluent plutôt positivement. Donc, les choses étant ce qu’elles sont, il faut créer du positif, qu’elles ne soient pas simplement des usines à fric ou des entreprises produisant n’importe quoi. Je pense que maintenant on a suffisamment de recours en personnel, par exemple avec des étudiants en éthologie, qui, pour la plupart d’entre eux, demandent à venir pour étudier et participer aux programmes de conservation, à l’enrichissement du milieu, aider à la pédagogie…

En résumé, la question est : "comment peut-on faire quelque chose d’utile avec des établissements qui n’étaient au départ que des parcs de loisirs ou de curiosité ?"

Un homme à suivre…


Partager

en bref ::
10 millions de "j’aime" pour un monde meilleur
Pour un monde SANS MONSANTO. https://www.facebook.com/events/356915141094492/?notif_t=plan_user_invited (...)
Riem-asso : rejoignez notre réseau.
Dans le cadre du RIEM - Réseau International des éco-explorateurs de la mer- , nous avons besoin de navires (...)
"Le cuir Tanne la forêt"
Pointe vers un article de "l’Envol Vert", groupe actif et sincère pour la préservation de l’environnement.
Salon Bois Energie et Biogaz Europe 2013
20-22 mars 2013, Nantes, 2013 S’ANNONCE TRÈS PROMETTEUR ! Pour la première fois, le Salon Bois Energie et Biogaz (...)
Nouvelle espèce de lézard découverte à Madagascar
Une nouvelle espèce de lézard fouisseur, nommé "Moby Dick" pour sa ressemblance avec un cétacé, a été découverte à (...)
 à lire aussi :: Dernier ajout : 23 juin.
10 constructions animales impressionnantes
Les animaux, comme les oiseaux et certains insectes ont la particularité de construire des habitations complexes ou (...)
Sea Shepherd, section lilloise
Petite et belle rencontre ce matin avec l’équipe de la section lilloise de Sea Shepherd, la bien connue organisation (...)
Pétition "Sauvegarde de la pointe de Maregau"
Signez la pétition ici https://secure.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_Laurent_Cayrel_Prefet_du_Var_Sauvegarder_la_Pointe_
Les scinques à langue bleue : Tiliqua scincoides, Tiliqua gigas et Tiliqua (...)
Présentation (Lulu.com) Ce livre électronique traite de la biologie, l’écologie et l’élevage en captivité des trois (...)
Lézards, crocodiles et tortues d’Afrique occidentale et du Sahara
La 4ème de couverture Cet ouvrage présente pour la première fois l’ensemble des espèces de lézards, crocodiles et (...)
humaterra aime radiomeuh, la radio du reblochon!

accueil | Plan du site | La chronique de | dossiers et reportages | monde | photographie | faune du monde | espaces naturels | portraits | escapades | médias nature | publi-communiqués | ..::annuaire::.. |
déploiement SPIP Soury Olivier Arras
Add to Google Reader or Homepage http://www.wikio.fr Olivier Soury sur Carbonmade
soury! webdesign, développement de sites déploiement cms spip wordpress joomla

Magazine d’informations sur la nature, blog environnement, photographie animalière, vie sauvage, écologie et relations entre l’homme et la terre. Depuis 2001...