Accueil > portraits > Emmanuelle Grundmann

Magazine d’informations sur la nature, blog environnement, photographie animalière, vie sauvage, écologie et relations entre l’homme et la terre. Depuis 2001...

5 mai 2004, par Olivier Soury

Les entretiens humaterra

Emmanuelle Grundmann

Parlez-lui d’huile de palme, vous verrez son sourire se tarir. Et d’orang-outangs donc ! Récemment thésarde et primatologue, Emmanuelle nous a fait l’amitié de se poser un instant chez nous, entre deux forêts et en compagnie de Cyril Ruoso, et de se prêter à un entretien au terme duquel tous nos sourires s’étaient envolés. Le témoignage d’une femme de terrain, envoûtant, poignant et terrifiant.

Note : les photographies de cet article sont de Cyril Ruoso. Cliquez-ici pour voir le site de Cyril et Emmanuelle.

Rétrospective

.

Emmanuelle Grundmann a toujours voulu côtoyer le monde animal. Initialement tournée vers l’ornithologie, elle est allée, âgée de 20 ans, aux Etats-Unis pour mener une étude sur le rôle des phéromones chez les éléphants, au Metro Washington Park de Portland (Oregon). Elle y a découvert un programme de réintroduction des tamarins lion dorés (Leontopithecus rosalia), comprenant des observations in situ (hors cage), un enseignement et une sensibilisation du public aux problèmes de la conservation. Il n’en fallait pas plus pour que, fascinée par les primates, elle intègre dès son retour le parc zoologique de Jersey (Lémuriens, tamarins, ouistitis). Après une licence de biologie des organismes et des populations et une année de DEA, elle a trouvé la motivation et le sujet de sa future thèse : les orang-outangs. Non subventionnée (nous connaissons bien les problèmes que connaît le secteur de la recherche !), elle l’a effectuée en 7 ans, à partir de 1997, l’époque des grands incendies de forêts à Bornéo. Entre 1998 et 2001 (sur 14 mois), Emmanuelle a effectué plus de 2000 heures d’observation, dans un centre de réintroduction des orang-outangs orphelins issus du trafic, en forêt, au milieu de nulle part...

De quel(s) trafic(s) s’agit-il ??

En Indonésie, les bébés orangs-outangs sont vendus comme NAC*. Il faut avant tout savoir qu’ils représentent, pour une certaine frange de la population, un signe extérieur de richesse ou de pouvoir, le symbole d’un statut social. Parmi les demandeurs de tels animaux, on trouve même des politiques ou des membres de la police ! De même, certains zoos peu scrupuleux n’hésitent pas à en "commander" pour leur propre "usage" [...]

Cependant la détention d’un bébé orang-outang présente plusieurs inconvénients et dangers, principalement pour l’animal. Tout d’abord, le prélèvement en milieu forestier s’effectue dans la douleur. Une mère ne laissant ABSOLUMENT jamais quiconque partir avec son petit, les kidnappeurs, parce qu’on parle bien ici de kidnapping, sont contraints de la supprimer. Or, quand on tire sur une femelle et son petit hissés sur un arbre à 20 mètres du sol, la chute (voire l’imprécision du tir) entraîne souvent la mort du petit. Le taux de réussite n’excède pas 1 pour 5. D’autre part, le traumatisme subi par le bébé entraîne toujours des complications sinon psychologiques, en tout cas comportementales.
L’autre inconvénient intervient avec la croissance de l’animal. Un bébé orang-outang devient rapidement un adulte imposant, lourd, potentiellement dangereux et difficile à entretenir. C’est là que l’horreur commence...

Les lois indonésiennes et malaises interdisent formellement la capture et la détention des orang-outangs. Cependant, la corruption est telle qu’un gouffre judiciaire s’est installé dans ces pays.

Brûlures malaises...

Tout d’abord, les propriétaires tendent à les isoler du reste de la famille, bien souvent dans des cages excédant de peu la taille de l’animal. Leur alimentation devient alors identique à celle de leurs propriétaires, ce qui va peu à peu entraîner des carences importantes ou encore une obésité. Mais l’imagination de l’humain ne saurait s’arrêter en si bon chemin. Les animaux deviennent l’objet de divers jeux sadiques, comme les coups de bâtons ou d’autres tortures. Au centre, nous avons récupéré des spécimen avec les membres brisés, ou avec des brûlures de cigarettes sur le corps. J’en ai comptabilisé près de 200 sur un seul orang-outang !. L’autre problème majeur vient, comme souvent, de la fragmentation de l’habitat, de la déforestation. L’indonésie a perdu plus de 75% de sa surface forestière, dont Bornéo faisait figure d’emblème comme la plus ancienne forêt primaire du monde. Dans 10 ans, (3 pour les plus pessimistes), il en restera 1%. Alors l’orang-outang, figure symbolique de la biodiversité locale aura totalement disparu.

Par quelle type de cultures le gouvernement remplace-t-il les espaces forestiers détruits ?

Essentiellement par le palmier à huile. De nos jours l’huile de palme entre dans la composition d’un bon nombre de produits issus de l’industrie agro-alimentaire, y compris chez nous et bien souvent à notre insu (pizzas, soupes, détergents, savons, cosmétiques...). Survolez Bornéo et ce sont des milliers d’hectares de plantation de palmiers, tirés au cordeau, qui défilent devant vos yeux. Un désastre écologique et humain, car les populations locales sont chassées sans ménagement ni dédommagements par les propriétaires des plantations.

La question humaterra : un coup de gueule ?

Malheureusement, après tout ce que j’ai vu, je garde peu d’espoir. La recherche sur les orang-outangs est devenue inutile aujourd’hui. Je pense cependant qu’il faut continuer à se battre, pour la pédagogie. Il faut en parler, médiatiser l’information dès que c’est possible. Je crois malheureusement qu’il n’y a pas de solution, exceptée politique et radicale. Se battre, oui, mais dans quel but ?

Si l’orang-outang tend à disparaître et que tu juges la recherche sinon inutile du moins superflue, quels sont tes projets ?

Le journalisme d’investigation. Il ne me déplairait pas d’intégrer l’EIA (Environmental Investigation Agency). En attendant, je m’implique totalement dans la sensibilisation par l’écriture, la pédagogie. J’attache une importance grandissante à la protection des écosystèmes forestiers. Ce n’est pas une lubie écologique, mais une urgence.

NDLR

*NAC ; Nouveaux Animaux de Compagnie : caractérise l’ensemble des espèces commercialisées pour une utilisation ou une présence domestique, par opposition aux animaux de compagnie dits "classiques" : chiens et chats esentiellement. Parmi les NAC, on trouve fréquemment, en Occident, certains reptiles (serpents, lézards), des mammifères comme le furet ou le rat, ou encore le singe magot, en provenance du Maroc, dont l’agressivité à l’état adulte a entraîné de nombreux accidents et abandons.

Si l’orang-outang est, à l’instar du panda pour la Chine ou du rhinocéros noir pour l’Afrique de l’Est, un symbole, largement alimenté par l’anthropomorphisme, il s’agit de dizaines de milliers d’espèces animales et végétales qui vont définitivement disparaître de la planète. Des espaces encore récemment inexplorés et sauvages. Il en sera de même pour toutes les populations humaines peuplant ces espaces et que les gouvernements et lobbies relèguent peu à peu dans les périphéries banlieusardes et alcooliques des grandes villes.


Partager

en bref ::
10 millions de "j’aime" pour un monde meilleur
Pour un monde SANS MONSANTO. https://www.facebook.com/events/356915141094492/?notif_t=plan_user_invited (...)
Riem-asso : rejoignez notre réseau.
Dans le cadre du RIEM - Réseau International des éco-explorateurs de la mer- , nous avons besoin de navires (...)
"Le cuir Tanne la forêt"
Pointe vers un article de "l’Envol Vert", groupe actif et sincère pour la préservation de l’environnement.
Salon Bois Energie et Biogaz Europe 2013
20-22 mars 2013, Nantes, 2013 S’ANNONCE TRÈS PROMETTEUR ! Pour la première fois, le Salon Bois Energie et Biogaz (...)
Nouvelle espèce de lézard découverte à Madagascar
Une nouvelle espèce de lézard fouisseur, nommé "Moby Dick" pour sa ressemblance avec un cétacé, a été découverte à (...)
 à lire aussi :: Dernier ajout : 23 juin.
10 constructions animales impressionnantes
Les animaux, comme les oiseaux et certains insectes ont la particularité de construire des habitations complexes ou (...)
Sea Shepherd, section lilloise
Petite et belle rencontre ce matin avec l’équipe de la section lilloise de Sea Shepherd, la bien connue organisation (...)
Pétition "Sauvegarde de la pointe de Maregau"
Signez la pétition ici https://secure.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_Laurent_Cayrel_Prefet_du_Var_Sauvegarder_la_Pointe_
Les scinques à langue bleue : Tiliqua scincoides, Tiliqua gigas et Tiliqua (...)
Présentation (Lulu.com) Ce livre électronique traite de la biologie, l’écologie et l’élevage en captivité des trois (...)
Lézards, crocodiles et tortues d’Afrique occidentale et du Sahara
La 4ème de couverture Cet ouvrage présente pour la première fois l’ensemble des espèces de lézards, crocodiles et (...)
humaterra aime radiomeuh, la radio du reblochon!

accueil | Plan du site | La chronique de | dossiers et reportages | monde | photographie | faune du monde | espaces naturels | portraits | escapades | médias nature | publi-communiqués | ..::annuaire::.. |
déploiement SPIP Soury Olivier Arras
Add to Google Reader or Homepage http://www.wikio.fr Olivier Soury sur Carbonmade
soury! webdesign, développement de sites déploiement cms spip wordpress joomla

Magazine d’informations sur la nature, blog environnement, photographie animalière, vie sauvage, écologie et relations entre l’homme et la terre. Depuis 2001...